Issues Concerning the
School Community Referendum
of June, 2002

 
Director General's Newsletter:

  • Farewell Message 2002/08/19 version française
  • Farewell Message 2002/08/19 English Version

  • Christophe Roux 2002/06/19 version française
  • Christophe Roux 2002/06/19 English Version

  • Referendum 2002/06/19 version française
  • Referendum 2002/06/19 English Version

  • Senior Appointments 2002/05/22 version française
  • Senior Appointments 2002/05/22 English Version

  • ECGA/Tuition Increases 2002/03/18 version française
  • ECGA/Tuition Increases 2002/03/18 English Version

  • Quality Seminars 2002/02/06 version française
  • Quality Seminars 2002/02/06 English Version

  • French Language Programme 2002/01/30 version française
  • French Language Programme 2002/01/30 English Version

  • Staff Malaise/Press Reports 2002/01/25 version française
  • Staff Malaise/Press Reports 2002/01/25 English Version

  •  
    Main Index:

  • Brief Introduction

  • Brief Chronology

  • Background Information

  • Survey of Alumni

  • Join the email discussion group
  •  
    Archives:

  • Press Coverage

  • Governing Board Communiques

  • Director General's Newsletters

  • Extraordinary Consultative General Assembly - November 2000

  • Extraordinary Consultative General Assembly - March 2002
  •  

    Farewell Message

    2002/08/19 version française

    Bulletin d'Information du Directeur Général

    Le présent bulletin d'information va servir à la fois de lettre de bienvenue et de message de départ.

    J'aimerais que l'on accueille chaleureusement les 850 élèves et leurs familles, nouveaux dans la communauté. Vous rejoignez les milliers d'anciens élèves qui ont partagé l'expérience de l'Ecolint à travers les 78 dernières années. J'espère que la vôtre sera enrichissante d'un point de vue tant culturel qu'éducatif.

    Je m'adresse également aux étudiants de retour de vacances. Tout en espérant qu'ils ont passé ces dernières dans les meilleures conditions, je leur adresse un cordial message de bienvenue. Vous allez bientôt être submergés par les exigences de la nouvelle année scolaire, il est donc temps de profiter encore des derniers rayons de soleil.

    Comme les parents de retour le savent, l'année écoulée s'est terminée par un référendum sur les procédures et programmes du Conseil de Fondation. Suite au résultat de celui-ci, le Conseil de Fondation a été reconstitué. Sur la base de ces événements, et après réflexion de toutes les parties, il a été décidé d'un commun accord – entre le nouveau Conseil et moi-même – qu'un changement dans la direction de l'école était dans le meilleur intérêt de tous. Ainsi, ma fonction de Directeur Général prendra fin le 31 août 2002.

    Avant de partir, j'aimerais exprimer ma reconnaissance la plus sincère à tous ceux qui travaillent si dur pour fournir une éducation de qualité au complexe corps estudiantin de l'Ecolint. Ma gratitude se porte également vers les membres du personnel administratif, à peine visibles par le public, qui se consacrent à leurs tâches essentielles dans le meilleur esprit possible.

    Finalement, j'aimerais faire les éloges qui s'imposent aux étudiants de l'Ecolint pour leur incarnation de l'esprit de tolérance et de pluralité culturelle. Vous nous présentez à tous un excellent exemple. Puissiez-vous profiter du succès et de l'influence qui contribueront à rendre le monde meilleur.

    Sincèrement,

    Dr. Donald Billingsley

    Directeur Général

    Genève, le 19 août 2002

    Return to top of page.

    Farewell Message

    2002/08/19 English Version

    Director General's Newsletter

    The present Newsletter will serve as both a missive of welcome and a note of farewell.

    I wish to welcome to the International School of Geneva the 850 students and their families who are new to the community. You join the thousands of alumni who have partaken of the Ecolint experience over the past 78 years. I hope that yours will be a deeply enriching cultural and educational experience.

    To returning students I also extend a warm welcome and hope that yours were safe and exciting holidays. Soon you will be overwhelmed by the exigencies of the new school year, so enjoy the last rays of summer.

    As returning parents and staff are aware, the last school year ended with a referendum on the policies and programs of the Governing Board. As a result of that referendum the Governing Board was reconstituted. Following upon these events and after careful consideration by all parties, it was mutually agreed between the newly constituted Governing Board and myself that a change in the school's management would be in the best interest of all concerned. Thus my tenure as Director General will end as of 31st August 2002.

    In parting I wish to express my sincere appreciation to all of those who work so hard to deliver an education of quality to Ecolint's complex student body. These include members of the administrative staff who are barely visible to the public but who devote themselves to their very essential tasks in the best possible spirit.

    Finally, I want to commend the students of Ecolint for their embodiment of a spirit of tolerance and cultural pluralism. You set an excellent example for us all. May you enjoy the success and influence that will make the world a better place.

    Yours sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    Director General

    Geneva, 19th August 2002

    Return to top of page.

    Christpohe Roux

    2002/06/19 version française

    Voici la dernière édition du Bulletin d'Information du Directeur Général avant les grandes vacances de l'année scolaire 2001-2002.

    Vous allez bientôt partir pour un repos bien mérité, mais je tiens au préalable à transmettre toute ma reconnaissance aux parents et au personnel qui ont tant travaillé pour les trois kermesses de La Grande Boissière, La Châtaigneraie et Pregny. C'était en effet une réussite formidable car cette année tous les records ont été battus : ambiance, organisation, etc.

    Il est vraiment remarquable qu'en dépit de l'atmosphère politique assez amère au sein de la Fondation, ces événements se soient déroulés de manière si positive. Les Parents, le Personnel, les Professeurs et l'APP méritent notre admiration.

    Affaire Christophe Roux

    Ceux d'entre vous qui ont suivi les événements de ces derniers mois, - surtout l'Assemblée Générale Consultative Extraordinaire (26 février) et l'Assemblée Générale Consultative (28 mai), ainsi que le boycotte du processus d'accréditation ECIS - savent que tout ceci a commencé par une lettre d'avertissement adressée à

    M. Christophe Roux, instituteur à l'Ecole Primaire de LGB.

    Ce cas est ensuite devenu célèbre au point d'attirer l'attention d'un journaliste (M. Bernard Favre) à la Tribune de Genève.

    Une accusation clé dans cette affaire concerne un prétendu faux document placé dans le dossier de Monsieur Roux. Elle a eu pour conséquence directe que la lettre de sanction a été retirée, puis que les professeurs ont repris leur engagement dans le processus d'accréditation.

    A l'époque, j'avais estimé que les élèves ne pouvaient plus supporter une telle atmosphère sortant du cadre initial de leurs études et troublant leur tranquillité.

    Il a été convenu avec Christophe Roux et son avocat que la Fondation engage un professionnel qui mènerait une enquête à ce sujet. La Fondation et Monsieur Roux se sont mis d'accord sur la nomination de Maître Louis Gaillard, ancien Juge d'Instruction et Chef de la Commission d'Arbitrage. Après avoir interpellé les personnes concernées, – y compris Christophe Roux, la Directrice de l'Ecole Primaire, l'ancienne Directrice de l'Ecole Primaire, la Directrice des Ressources Humaines et ceux qui ont eu accès au dossier – Maître Louis Gaillard n'a décelé aucun faux. Il a prouvé qu'aucun employé au sein de l'école n'avait tenté d'imiter la signature d'une tierce personne.

    Sur ces bases, je considère donc que cette affaire est close et je regrette le temps et les ressources investis dans un processus qui aurait pu être réglé très rapidement de façon administrative. Souhaitons que tout le monde en tire une leçon appropriée.

    J'espère que l'année prochaine se déroulera sans la rancune, la publicité négative et l'interférence politique que nous avons connues cette année. Nos élèves et l'Ecole Internationale en tant qu'Institution méritent mieux.

    En vous souhaitant d'excellentes vacances et un retour sous les meilleurs auspices en septembre, je vous prie d'accepter mes sentiments les plus sincères.

    Dr. Donald Billingsley
    Directeur Général

    Return to top of page.

    Christophe Roux

    2002/06/19 English Version

    This is the last edition of the Director-General's Newsletter before the summer vacation of the 2001-2002 school year.

    You will soon be taking off for a well-earned rest but before you go I would like to record my profound gratitude to all those parents who put in such a wonderful effort for the kermesses at la Grande Boissière, La Châtaigneraie and Pregny. These were tremendous successes and, as all who were present can attest, they beat all the records this year for organisation, atmosphere and imagination.

    It is truly remarkable that in spite of the somewhat bitter political atmosphere which reigns at the heart of the Foundation these events should have taken place in such a positive and upbeat manner. Parents, teachers, and PTA all deserve our warmest admiration.

    The Christophe Roux affair

    Those of you who have followed the events of recent months – particularly the Extraordinary General Assembly of 26 February and the Consultative General Assembly of 28 May, as well as the boycott of the ECIS accreditation process – will know that all of this began with a letter of warning sent to M. Christophe Roux, a teacher in the LGB Primary school. This case has now achieved such notoriety as to attract the attention of M. Bernard Favre, journalist at the Tribune de Genève.

    One of the key accusations in this affair concerns an alleged forgery which was placed in the personnel file of M. Roux. As a result of this accusation, a warning letter was withdrawn from the file of M. Roux. Teachers subsequently agreed to resume the accreditation process.

    At the time I felt that the students should not be expected to put up with the difficult atmosphere which fell outside the realm of their studies and which disturbed their tranquillity. It was agreed with Christophe Roux and his lawyer that the Foundation would employ an expert to make an enquiry into the alleged forgery. The Foundation and M. Roux agreed on the nomination of Maître Louis Gaillard, former Juge d'Instruction and Head of the CCT Arbitration Commission to conduct an investigation. Having heard all the persons concerned – including Christophe Roux, the Director of the Primary School, the former Director of the Primary School, the Head of Human Resources and all those who had access to the file - Maître Gaillard did not bring to light any forgery. His findings, which were communicated to me on Monday 17 June, showed that no employee of the Foundation had attempted to imitate the signature of a third party and that no forgery had been committed.

    On this basis I therefore consider the matter closed, and can only regret the time and energy spent on a matter which could have been settled very swiftly through the normal administrative channels. Let us hope that everyone will have drawn the appropriate lesson from this exercise.

    I hope that next school year will flow normally without the bitterness, negative publicity and political interference which we experienced this year. The International School deserves better and so do our students.

    I wish you all an excellent vacation and a return to school in September in happier circumstances.

    Yours sincerely,

    Donald Billingsley
    Director-General

    Return to top of page.

    Referendum

    2002/06/12 version française

    Le 28 mai, durant l'Assemblée Générale Consultative de l'Ecolint, un événement extraordinaire a eu lieu. Le Conseil de Fondation a annoncé qu'il avait l'intention de soumettre son mandat au référendum de toute la communauté de l'école. De fait, il organise un vote de confiance quant à ses pratiques et sa politique. Si la communauté n'exprime pas son soutien en votant en nombre suffisant, et en manifestant une majorité de suffrages, le Conseil acceptera alors d'organiser des élections en faveur d'un nouveau Conseil et de démissionner dès que celui-ci sera formé. Quel événement remarquable ! J'ai souvent dit que l'Ecolint est l'école la plus démocratique du monde. Le référendum en cours ne fait que le confirmer.

    La démocratie n'est pas simplement une option attrayante à l'Ecolint, c'est une nécessité. Notre population est unique. Elle est composée de communautés multinationales et multilingues, placées dans un contexte complexe de culture politique locale. Cela apporte un énorme fardeau aux structures de gestion et de direction. Chaque communauté a sa propre version de ce qu'une école internationale devrait être. Chacune d'elle présente ses propres demandes. Les aspirations des parents locaux ne sont pas nécessairement celles des parents dont les contrats sont de courte durée. Les organisations internationales peuvent avoir des perspectives différentes des multinationales. Ce n'est que par le biais fiable du principe de démocratie que la communauté peut s'assurer de la direction et de la gestion qui représentent vraiment une philosophie à majorité toujours changeante. Normalement les ajustements quant aux perspectives au sein du Conseil de Fondation prennent place lors des élections annuelles. Dans les circonstances courantes le Conseil fait face à un défi direct par rapport à ses initiatives et à sa philosophie. Il est temps pour la communauté de parler. Soit le Conseil bénéficie du soutien de la majorité et doit alors être autorisé à mener à bien son mandat, soit il n'a pas le soutien nécessaire, et la communauté est habilitée à approuver les initiatives et politiques d'un nouveau Conseil de Fondation. Nous n'avons pas les moyens d'être plus longtemps laissés dans l'oubli. Tôt ou tard l'impasse courante aura un effet négatif sur l'éducation de nos enfants. Nous devons mettre fin aux chamailleries publiques, aux attaques dans la presse, aux réunions de communauté acrimonieuses, et aux allégations de processus non démocratiques. Une telle atmosphère n'est pas en phase avec la notion de communauté d'étude.

    Pour toutes ces raisons il est impératif que vous votiez ! Les principes de démocratie ne peuvent fonctionner que si vous participez. Je vous demande de considérer les faits et de voter par rapport à votre conscience. J'ai espoir que la nouvelle année scolaire commence dans une atmosphère de clarté au sujet du mandat du Conseil et des priorités dans la gestion de l'école.

    Sincèrement,

    Dr. Donald Billingsley

    Directeur Général

    Pied de page

    Procès-verbal de l'Assemblée Générale Extraordinaire Consultative du 26 Février

    Mon équipe et moi aimerions nous excuser pour le retard pris dans la mise à disposition de ce procès-verbal à la communauté, dans le délai statutaire prévu de douze semaines. Malheureusement, notre secrétaire habituelle en charge des procès-verbaux était à l'hôpital à cette date et bien que, fort heureusement ma nouvelle assistante ait pu assurer son remplacement pour cette soirée, les services techniques des Nations Unies n'ont pas pu fournir les cassettes audio habituelles et Madame Malanda a dû travailler entièrement à partir de ses propres notes et de celles qu'elle a pu obtenir de certains orateurs. (Je note en passant que bien des personnes à qui nous avions réclamé les notes n'ont jamais répondu à la requête). Vu la nature complexe de la situation et la ferveur du débat, vous comprendrez aisément que cela n'a pas été une tâche facile pour quelqu'un de nouveau dans la Fondation. Cependant, la version française est terminée maintenant et va être mise à disposition pour consultation dans les différentes réceptions de la Fondation. Dès que la traduction anglaise sera prête nous enverrons ce procès-verbal à chacun.

    Return to top of page.

    Referendum

    2002/06/12 English Version

    On 28 May during the Ecolint's Consultative General Assembly an extraordinary event took place. The governing board announced that it intended to submit its mandate to a referendum of the entire school community. In effect it was going to seek a vote of confidence in its practices and policies. If the community does not express its support by voting in significant numbers and by endorsing a majority mandate, then the board agrees to organise elections for a new board and to resign as soon as the new board can be formed. What a remarkable event! I have often said that Ecolint is the most democratic school in the world. The current referendum is further evidence of this.

    Democracy is not merely an attractive option, at Ecolint it is a necessity. Our population is unique. It is composed of multinational, multilingual communities, set within a complex local political culture. This places enormous burdens on governance and management structures. Each community has its own version of what an ideal international school should be. Each community brings its own demands to the table. The aspirations of local parents are not necessarily those of parents on short assignments. International organisations may have perspectives that differ from those of multinationals. It is only through reliance on the democratic principle that the community can be assured of leadership and governance that truly represent an ever changing majority ethos. Normally adjustments in the balance of perspectives within the Governing Board take place during annual elections. In the current circumstances the Board is faced with a direct challenge to its initiatives and policies. It is time for the community to speak. Either the Board enjoys the support of the majority or it does not. If there is support, then the Board should be allowed to carry out its mandate. If there is no support for the Board, then the community is entitled to endorse the initiatives and policies of a new Governing Board. We can no longer afford to be left in limbo. Sooner or later the current impasse will have negative effects on the education of our children. We have to put an end to public bickering, attacks in the press, acrimonious community meetings, and allegations of undemocratic process. Such an atmosphere is at odds with the very notion of a learning community.

    For all of these reasons it is imperative that you vote! The democratic principle can only work if you participate. I ask that you consider the facts and vote your conscience. It is my hope that the new school year will begin in an atmosphere of clarity about the Board's mandate and about the priorities of school leadership.

    Yours sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    Director General

    Footnote

    ECGA Minutes of 26 February

    My staff and I would like to apologise for the delay in getting these minutes out to the community within the statutory twelve-week limit. Unfortunately our regular minutes secretary was in hospital on that date and although we were fortunate in securing the services of my new Assistant for that evening, for some reason the UN technical services were unable to supply the usual audio tapes and Madame Malanda had to work entirely from her own notes and those notes which she was able to obtain from certain speakers. (I note in passing that a number of those from whom their notes were requested never responded to the request). In view of the complex nature of the situation and the fervour of the debate, you will readily appreciate that this was no easy task for someone new to the Foundation. However, a final version in French is now completed and will be made available for consultation in the different receptions of the Foundation. As soon as the English translation is ready we will mail these minutes to everybody.

    Return to top of page.

    Senior Appointments

    2002/05/22 version française

    22 MAI 2002

    Comme à l'accoutumée, le mois de mai entraîne avec lui plus de nouvelles et d'événements qu'il est possible d'en digérer. C'est spécialement le cas lorsque l'on a des enfants dans plus d'une section ou dans plusieurs écoles. Les examens du Baccalauréat international sont en grande partie terminés; les cérémonies de remise de diplômes commencent la semaine prochaine; les kermesses sont imminentes, les présentations théâtrales de fin d'année en cours; l'Assemblée Générale Consultative a été programmée pour la semaine prochaine et les élections au Conseil de Fondation seront bientôt finalisées... C'est le moment pour nous tous de regarder attentivement les calendriers et les bulletins de campus.

    De mon côté, j'aimerais attirer votre attention sur différents faits nouveaux sous la forme de mise à jour. Je pense aux nominations des seniors et aux réunions de campus sur la qualité.

    Nomination des seniors

    Je suis ravi d'annoncer que des directeurs de sport ont été sélectionnés pour les campus de LGB et La Châtaigneraie. Pascal Barbeau, qui prendra les rênes à LGB, nous vient de l'Ecole Internationale de Toulouse, située à Toulouse, France. Il est bilingue français-anglais et a plus de vingt ans d'expérience dans l'éducation et la programmation sportive du primaire et du secondaire. De plus, Monsieur Barbeau est diplômé pour enseigner basketball, baseball, athlétisme et natation.

    Thierry Mathy va assumer la direction des sports à La Châtaigneraie. Il est également bilingue français-anglais et a une longue expérience en sport scolaire. Son dernier poste était Directeur des sports à « Saudi Arabian International School », il a également enseigné à Haïti et aux Etats-Unis.

    L'addition de ces positions sportives a pour but de donner un élan à la qualité et l'organisation des sports à tous les niveaux dans la Fondation, à la fois dans le cadre compétitif de l'ISST et lors des compétitions internes. Nos professeurs de sport ont réclamé ce genre de structure depuis longtemps, ainsi nous pouvons considérer ces engagements comme la réalisation d'une idée dont le temps est arrivé. Je suis certain que vous vous joindrez à moi pour accueillir Messieurs Barbeau et Mathy dans la Communauté de l'Ecolint.

    Les trois autres seniors nommés ne sont pas inconnus à la Fondation, bien qu'ils soient nouveaux à leur poste. Madame Gladys Doebeli Rocourt a accepté la position de Directeur Adjoint francophone des Marronniers, l'école primaire de LGB. Dans son nouveau rôle elle servira de liaison entre le programme francophone et la large communauté de langue française. Elle va également travailler pour assurer le maintien des standards les plus élevés des cours. Gladys est un vétéran de l'enseignement dans la faculté de l'Ecolint et a travaillé à la fois à l'école moyenne et aux Marronniers. Dans son dernier poste elle était membre de la faculté bilingue de l'école moyenne. Elle est qualifiée pour enseigner un large choix de sujets, dont les mathématiques, le français, et les technologies d'information. Nous la félicitons pour sa nouvelle position qui se présente comme un défi.

    Frazer Cairns, qui, les cinq dernières années a enseigné la physique et les sciences dans les classes 7-12, a été nommé Directeur Adjoint de l'école secondaire de La Chataigneraie. Il aura de larges responsabilités dans le développement des programmes et en tant que conseiller. Les dernières expériences de Frazer comprennent l'enseignement en Indonésie et au Royaume Uni.

    Jean-Guy Carpentier est connu de tous comme le directeur efficace de l'école moyenne à LGB. Son identité va bientôt changer : en septembre, il reprend la fonction de Directeur de Campus de la Grande Boissière. Jean-Guy apporte pour ce poste important une richesse de talent et d'expérience constituée en plus de vingt ans d'activité à la direction d'école. D'origine francophone canadienne, Jean-Guy est parfaitement bilingue français-anglais et est familiers aux approches anglophones et francophones de l'enseignement. Il est connu pour sa patience et son sens élevé de la collaboration administrative qui lui ont valu des éloges de ses collègues de faculté. Nous faisons confiance à sa main ferme pour diriger LGB durant une période de défi comprenant l'amélioration académique et la mise en valeur des structures.

    Seminaires sur la qualité

    Deux discussions publiques sur la qualité de l'enseignement ont eu lieu jusqu'alors. Une troisième est planifiée pour le 22 mai au campus de La Châtaigneraie. L'assistance était réduite, cependant les conversations ont été stimulantes. On peut déjà remarquer un consensus grandissant autour de plusieurs notions fondamentales. Il s'est fait largement sentir, par exemple, qu'une école de qualité devrait avoir des notions sur ce qui est acceptable, exceptionnel ou excellent, de même que des notions de standard interne, et des évaluations externes. Une excellente école devrait faire attention au développement de l'enfant à l'intérieur et à l'extérieur de la classe. Des évaluations régulières de professeurs seraient nécessaires ainsi que des standards de sélection du matériel d'enseignement. Une école de qualité devrait encourager et utiliser les avis des parents. Elle devrait associer les différences culturelles parmi les étudiants et au sein de la faculté, particulièrement dans une école internationale.

    Bien d'autres points ont été traités. Dans le dernier bulletin d'information de l'année je ferai un résumé clair des débats dans l'espoir de les voir se transformer en actions concrètes de manière à améliorer la qualité de notre institution. Il est tout à fait normal qu'un tel objectif soit un constant soucis pour l'Ecolint. Nous devrions toujours chercher les moyens d'améliorer la qualité.

    J'espère rencontrer nombreux d'entre vous lors des remises de diplômes, présentations, kermesses, et assemblée générale consultative, durant les semaines à venir. Sincèrement

    []

    Dr. Donald Billingsley

    Directeur Général

    Return to top of page.

    Senior Appointments

    2002/05/22 English Version

    22 MAY 2002

    As is always the case, the month of May brings with it more news and events than one can easily digest. This is especially true if one has children in more than one section or school. IB exams are largely over; graduation ceremonies begin next week; kermesses are imminent; end-of-year drama presentations are underway; the CGA has been scheduled for next week; and Board elections will soon be finalized. It is a moment for all of us to take a careful look at calendars and campus bulletins.

    For my own part, I would like to draw your attention to several developments in the form of updates. I refer to senior appointments and campus meetings on quality.

    SENIOR APPOINTMENTS

    I am pleased to announce that athletic directors have been appointed for the LGB and La Châtaigneraie campuses. Pascal Barbeau, who will take the reins at LGB, comes to us from The International School of Toulouse, located in Toulouse, France. He is bi-lingual in French and English and has more than twenty years of experience in primary and secondary sports education and programming. In addition, Monsieur Barbeau is fully licensed to coach basketball, baseball, track and field, and swimming.

    Thierry Mathy will assume the directorship at La Châtaigneraie. He too is bi-lingual in French and English and has long experience in scholastic sports. His most recent position was as Athletic Director at Saudi Arabian International School, though he has also taught in Haiti and the United States.

    The addition of these athletic positions is intended to give a massive boost to the quality and organization of sports at all levels throughout the Foundation, both within the competitive ISST framework and in the area of intramural competition. Our sports teachers have called for such a structure for a very long time, thus we can think of these appointments as the realization of an idea whose time has come. I am certain that you will join me in welcoming Messieurs Barbeau and Mathy to the Ecolint community.

    Three other senior appointments are not new to the Foundation, although they will be new to their positions. Madame Gladys Doebeli Rocourt has accepted the position of Assistant Director of Les Marronniers, the LGB Primary School. In her new role she will serve as a liaison between the primary francophone program and the broader francophone community. She will also work to assure the maintenance of the highest possible standards of francophone classroom instruction. Gladys is a veteran of the Ecolint faculty and has worked in both the Middle School and Les Marronniers. Her most recent post was as a member of the francophone bi-lingual faculty of the Middle School. She is qualified to teach a broad range of subjects, including maths, French, and information technology. We congratulate her on her new and very challenging assignment.

    Frazer Cairns, who for the past five years has taught physics and science in classes 7-12, has been appointed Deputy Director of the La Châtaigneraie Secondary School. In this capacity he will have broad responsibilities in the areas of curriculum development and pastoral care. Frazer's past experience includes teaching in Indonesia and the United Kingdom.

    Jean-Guy Carpentier is known to all as the very able leader of the LGB Middle School. His identity will soon change, for as of September he takes over as LGB's Campus Principal. Jean-Guy brings to this enormous job a wealth of talent and experience drawn from over twenty years experience in school leadership. Though of French Canadian origin, Jean-Guy is fully bi-lingual in French and English, and is familiar with anglophone and francophone educational approaches. He is known for his patience and for a highly collaborative administrative style that has earned him the praise of his faculty colleagues. We will trust to his steady hand to lead LGB through a challenging period of academic improvement and facilities enhancement.

    SEMINARS ON QUALITY

    Two public discussions on educational quality have taken place thus far. A third is scheduled for 22 May at the La Chataigneraie campus. Attendance has been sparse, however the conversations have been nevertheless thought provoking. One can already point to a growing consensus around several key notions. It is widely felt, for instance, that a school of quality should have some notion about what is adequate as well as what is exceptional or excellent. There should be some notion of internal standards, and external assessment. An excellent school should pay attention to a child's development inside and outside the classroom. There should be regular evaluation of teachers. There should be standards for selecting teaching materials. A school of quality should allow for and utilize parent input. The school should allow for cultural differences within the student body and within the faculty, particularly at an international school.

    Much else was discussed. In the final DG's Newsletter of the year I will give a comprehensive summary of the debate in the hope that we can move to concrete actions for improving the quality of our institution. I say this fully understanding that such an objective should be a constant feature of Ecolint. We should always be looking for ways to improve quality.

    I look forward to seeing many of you at graduation exercises, plays, kermesses, and the CGA during the weeks ahead.

    Yours sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    Director General

    Return to top of page.

    ECGA/Tuition Increases

    2002/03/18 version française

    18 MARS 2002

    ASSEMBLEE GENERALE CONSULTATIVE EXTRAORDINAIRE

    L'Assemblée Générale Consultative Extraordinaire du 26 février dernier a certainement été un événement d'importance pour l'Ecole Internationale : de nombreux sujets valablement soulevés, et beaucoup de voix écoutées, comme il se devait. Depuis lors, j'ai reçu un important courrier et ai eu divers entretiens avec les membres de différents groupements de la Fondation, les parents, les élèves, les professeurs, les représentants d'organisations internationales, et des multinationales. Ceux-ci ont été très instructifs, reflétant la complexité de la structure et des orientations de la communauté de l'Ecole Internationale. Il n'y a pas un seul point de vue sur la plupart des principaux sujets que nous n'ayons abordé. Nous avons remarqué une diversité d'opinions soutenues légitimement et passionnément. Certains parents remettent en question la structure administrative et les priorités de la direction. Ils prétendent également n'être pas suffisamment consultés. D'autres enseignants sont plutôt concernés par ce qu'ils considèrent comme des conditions de travail inadaptées, surcharge, manque de matériel, espace de travail inadéquat, etc. Certains parents sont très inquiets par la qualité de la vie scolaire, tandis que d'autres sont horrifiés que l'école puisse perdre son accréditation. Il y a ceux pour qui la principale inquiétude est l'esprit de l'institution, ou plutôt la perception d'une menace envers cet esprit défini de manière diverse; et il y en a encore d'autres qui craignent que la politique de la Fondation détourne notre attention des besoins éducatifs et sociaux de nos enfants.

    En fait, chacun de ces points de vue a son intérêt. Nous devons nous efforcer d'atteindre l'excellence dans la classe, tout en préservant le fondement éthique et l'esprit, qui a toujours défini l'Ecole Internationale. Les enseignants doivent se sentir en confiance, appréciés et non pas harcelés. Les éléments de base d'une solide pratique pédagogique que sont l'accréditation et l'évaluation ne devraient jamais être remis en cause. C'est mon espoir de trouver les bonnes méthodes pour aborder ces points et ainsi rassurer les différentes communautés constituant notre école. Dans un premier temps, j'ai initié le plan d'action suivant :

    1. Une communication plus fréquente et plus efficace

    2. La finalisation des négociations de la CCT

    3. Introduction d'une nouvelle procédure d' évaluation du personnel

    4. Réunions des enseignants pour traiter des sujets pertinents soulevés ou sous-entendus durant l'Assemblée Consultative.

    5. Renforcer le concept de responsabilité locale au sein des écoles et campus.

    6. Finaliser le recrutement d'un nouveau Directeur de Campus pour LGB

    7. Réunions avec les parents au sujet de la qualité de l'éducation, de l'aspect financier, des programmes français et anglais, etc.

    8. Intensifier les efforts pour améliorer l'infrastructure des campus

    9. Se concentrer sur les sujets concernant les élèves et les perspectives des étudiants

    10. Création d'un conseil académique composé de représentants des enseignants élus.

    Celui-ci augmentera largement la qualité et la fréquence des consultations.

    A cette liste doivent être ajoutées les actions du Conseil de Fondation. Ils ont accepté de revoir la structure administrative et de considérer l'idée d'une plus grande participation du personnel. Ils sont également préparés à reconsidérer la composition du comité d'éducation.

    Nous espérons que le cumul de ces initiatives nous aidera à nous renforcer tout en nous permettant de corriger nos déficiences institutionnelles.

    ACCREDITATION

    Le processus d'accréditation, qui semblait être compromis, a été complètement relancé. Les autorités de cette accréditation, ECIS et « the Middle States Association », ont été informées de ce fait et sont très contentes de notre décision de mener à bien la procédure d'autoévaluation. Les enseignants qui ont choisi de participer à ce processus semblent avoir une attitude positive et professionnelle. Je suis confiant que la convergence du processus d'accréditation (l'examen minutieux de professionnels impartiaux) et notre introspection auront pour conséquence une amélioration fondamentale de notre institution.

    EDUCATION A LA CITOYENNETE / ETUDES MONDIALES

    Certains professeurs ont depuis longtemps démontré un intérêt pour le développement de l'aspect global et universel de nos programmes pédagogiques. Actuellement, on trouve une variété de cours, projets, et initiatives à travers la Fondation qui tombent sous la rubrique d'« Education à la citoyenneté / Etudes mondiales ». Cela inclut les cours qui portent ces titres, touchent des projets dans des pays en voie de développement, des unités d'études sociales, et des projets individuels de classe. Plus récemment une idée a été donnée de créer un programme rigoureux et bien documenté pour tous les niveaux et tous les campus -« un programme de prise de conscience universelle » qui incorporerait l'étude de la paix, l'environnement, la résolution des conflits, et la coopération internationale d'une manière intellectuellement stimulante. Les « études globales » construiraient à partir de cours individuels, des activités et projets déjà présents dans la Fondation, ainsi que des éléments de cours d'histoire actuels, géographie et économie. Elles viseraient à utiliser au maximum la richesse des organisations internationales qui se trouvent autour de nous et, plus important, rétabliraient le contact avec les principes qui ont motivé la création d'une école internationale dans la ville de Genève il y a maintenant 78 ans.

    Bien que personne ne puisse garantir un résultat particulier, l'initiative des études mondiales tient la promesse de faire travailler ensemble autour d'un principe fédérateur une communauté enseignante momentanément divisée. Le développement d'un programme « d'études globales » étendu pourrait être la première grande innovation pédagogique à l'Ecole Internationale depuis 1965 (création du BI). Il est important que le corps professoral soit le moteur de cette innovation. Dans cette perspective, j'attends beaucoup des discussions qui auront lieu avec le conseil académique et avec les professeurs intéressés. Cependant, j'ai déjà commencé à recevoir d'excellentes propositions écrites de professeurs qui démontrent leur imagination et leur engagement face au concept d'études mondiales.

    COUTS

    Lors de sa réunion de février, le Conseil de Fondation a approuvé une augmentation des frais de scolarité de 1'000 CHF par enfant pour l'année scolaire 2002-2003. Cette augmentation sera mentionnée dans la communication de réinscription que les parents devraient recevoir dans la première semaine d'avril. Nous sommes conscients que cette augmentation entraînera certainement des désagréments pour certains parents, mais notre objectif est d'augmenter les salaires et améliorer la qualité des programmes éducatifs. Un réajustement des frais de cette importance est indispensable.

    Comment vont être utilisés ces 1'000 CHF supplémentaires ? Le décompte est fait comme suit :

    Cumul de l'augmentation des salaires,

    y compris le coût de la nouvelle CCT CHF 603

    Création de nouveaux cours CHF 311

    · Français

    · Anglais

    · Informatique support

    · Soutien pédagogique

    · Besoins spéciaux

    · Conseiller d'éducation pour l'Ecole Moyenne

    · ESL (Anglais en deuxième langue)

    ECIS Accréditation.. CHF 106

    Total CHF 1'020

    Pour ceux qui ont du mal à comprendre la relation entre l'augmentation des frais de scolarité et les salaires, il est certainement nécessaire de considérer que les salaires et les frais relatifs aux salaires grèvent environ 75% de notre budget opérationnel .

    Pratiquement tous nos revenus de fonctionnement proviennent des écolages.

    Ainsi, à moins de trouver d'autres sources de revenu, lorsque les salaires augmentent les frais d'écolage augmentent.

    Cette année, les salaires vont augmenter environ de 4 %.

    Trois quarts de 4% font 3%.

    L'écolage moyen est de 20.000 CHF.

    3% de 20.000 = 600 CHF.

    Les parents doivent également être informés que nous avons fait appel à une société d'audit qui contrôle nos dépenses en matériel et fourniture.

    Je termine en m'adressant aux parents pour qui le niveau de nos frais de scolarité est éprouvant. Sachez que notre Commission des Bourses étudie toutes les demandes d'aide financière des parents qui peuvent rencontrer des difficultés.

    Veuillez croire à mes sentiments dévoués,

    Dr. Donald Billingsley

    Directeur Général

    Return to top of page.

    ECGA/Tuition Increases

    2002/03/18 English Version

    ECGA

    The Extraordinary Consultative General Assembly of February 12th may prove to be a defining event for Ecolint. Many issues were raised that evening that needed to be raised, and many voices were heard that needed to be heard. Since then I have received voluminous mail and have held countless conversations with members of the Foundation's multiple constituencies, including parents, students, teachers, representatives of international organizations, and multinational corporations. These conversations have been extremely enlightening, for they highlight the complex structure and orientation of the Ecolint community. There is no single point of view on any of the major subjects with which we are trying to grapple. There are instead varied opinions legitimately and passionately held. Some teachers question the governance structure and management priorities. They also allege insufficient consultation. Other teachers are more concerned with what they regard as inadequate working conditions, overcrowding, material shortages, inappropriate working space etc. Some parents are extremely worried about the quality of the classroom experience, while others are horrified by the possibility of lost accreditation. There are those in the community whose principal anxiety is the spirit of the institution, or rather a perceived threat to that spirit variously defined; and there are still others whose great fear is that Foundation politics will draw our attention away from the educational and social needs of our children.

    In truth each of these perspectives has merit. We must surely strive for excellence in the classroom, but not at the price of losing the ethical core, the spirit, that has always defined Ecolint. Teachers need to feel confident and appreciated, not harassed. And the fundamental elements of sound pedagogical practice, such as accreditation and evaluation, should never be called into question. It is my hope that we can find concrete ways to address these issues in ways that reassure the various communities that constitute our school. As first steps in this direction I have initiated the following plan of action:

    1. More frequent and more effective communication

    2. Completion of CCT negotiations

    3. Introduction of the revised staff evaluation format

    4. Faculty meetings to address valid issues raised or implied during the ECGA.

    5. Reinforce the concept of local responsibility within schools and campuses.

    6. Complete recruitment of a new Campus Principal for LGB

    7. Parent meetings on educational quality, finance, French/English programs etc.

    8. Intensified efforts to improve campus infrastructure

    9. Keener focus on student issues and student perspectives

    10. Creation of an academic council composed of elected teacher representatives. This body would greatly enhance the quality and frequency of consultation.

    To this list must be added actions of the Governing Board. They have agreed to review the governance structure and to consider greater participation of staff. They are also prepared to reconsider the composition of the Education Committee.

    We hope that the sum of these initiatives will help us build on our strengths even as we seek to rectify our institutional deficiencies.

    ACCREDITATION

    The accreditation process, which appeared to be endangered, has been fully resumed. The accrediting authorities, ECIS and the Middle States Association, have been informed of this and are highly pleased with our decision to complete the self-study phase of the project. Teachers who have chosen to participate in the process appear to have positive and professional attitudes. I am confident that the convergence of the accreditation process (the scrutiny of unbiased professionals) and our larger self-enquiry will result in a fundamentally improved institution.

    GLOBAL AWARENESS/GLOBAL STUDIES

    Several teachers have long evinced an interest in further developing the Global Awareness component of our pedagogical programs. Currently one finds a variety of courses, projects, and initiatives throughout the Foundation that fall under the heading of Global Awareness or Global Studies. These include courses that bear these titles, outreach projects in developing countries, social studies units, and individual classroom projects. More recently thought has been given to creating a rigorous, well resourced curriculum strand for all grades and for all campuses--a global awareness curriculum--that would incorporate the study of peace, the environment, conflict resolution, and international cooperation in an intellectually challenging fashion. The global studies strand would build upon individual courses, activities and projects already present in the Foundation as well as elements of current courses in history, geography, and economics. It would seek to make full use of the richness of the international organizations that lie at our doorstep and, more importantly, it would reestablish a connection with the principles that motivated the creation of an international school in the city of Geneva some 78 years ago.

    Although no one can guarantee a specific outcome, the global studies initiative holds the promise of pulling together around a founding principle a teaching community that is momentarily divided. The creation of a comprehensive global studies curriculum could be the first major pedagogical innovation at Ecolint since 1965. It is important that the faculty provide leadership in this initiative. To this end I look forward to discussions on this subject with the academic council and with interested faculty members. Indeed, I have already begun to receive excellent written proposals from faculty that reveal enormous imagination and commitment to the global studies concept.

    FEES

    At its February meeting the Governing Board approved a per student tuition increase of 1'000 CHF for the 2002-2003 school year. This increase will be reflected in the re-enrolment communication parents can expect to receive during the first week of April. We fully appreciate that this increase will cause discomfort for some of our parents, but in light of our desire to improve salaries and to enhance the quality of our educational programs, a fee increase of this magnitude is unavoidable.

    What will an additional thousand francs buy? The breakdown is as follows:

    Cumulative salary increases, including the new CCT CHF 603

    Additional teaching periods CHF 311

    · French

    · English

    · IT support

    · After school care

    · Special learning needs

    · Middle School counselor

    · ESL (English as a Second Language)

    ECIS Accreditation.. CHF 106

    Total CHF 1'020

    For those who find it difficult to comprehend the relationship between fee increases and salaries, it may be useful to consider that salaries and salary-related costs consume roughly 75% of our operating budget.

    Virtually all of our operating revenue derives from tuition fees.

    Therefore, unless we find alternative sources of revenue, when salaries increase tuition fees increase.

    This year salaries will increase overall by about 4%.

    Three fourths of 4% is 3%.

    Average tuition fees are 20.000 CHF.

    3% of 20.000 = 600CHF.

    Parents should be aware that we have engaged a registered firm to audit our expenses for supplies and materials in order to ensure that this money is being wisely spent.

    I close with the sincere recognition that for some parents the level of our fees may cause unanticipated hardship. Please know that our Commission des Bourses is pleased to receive requests for financial assistance from parents who find themselves in such a predicament.

    Yours sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    Director General

    Return to top of page.

    Quality Seminars

    2002/02/06 version française

    Chers Parents,

    Nous approchons des vacances de février, un instant de répit face au stress du travail et de l'école, et c'est peut-être le bon moment pour aborder à nouveau le thème de la communication. Dans une précédente lettre aux parents, je parlais des multiples essais de la part de nombreuses personnes de la Fondation dans le but d'améliorer la communication cette année, soit par la réactualisation de supports existants ou par la création de nouveaux. Campus Bulletins, journaux des étudiants, Bulletins d'Information du DG, site internet revu, courrier électronique, réunions publiques, cafés avec les parents, lettre du Président du Conseil de Fondation constituent le coeur de nos efforts jusqu'ici. Ceux qui ont travaillé intensément sur ces initiatives -étudiants, parents et employés -méritent la reconnaissance de tous, leur efficacité a apporté des fruits importants. Personne ne peut nier que, dans l'ensemble, la communauté est nettement mieux informée sur les différents sujets que les années précédentes.

    Ceci dit, il est également clair que nous avons encore un long chemin à faire. Les événements récents démontrent la nécessité d'un engagement toujours plus large vers une communication efficace. Il existe encore trop de membres de la communauté qui se sentent isolés ou mal informés à propos des affaires cruciales, ou des faits et des principes en relation avec l'école. Peut-être que le moment est venu d'aborder la prochaine étape de la communication, non pas par une abondance de papiers envoyés, et souvent non lus, mais par des rencontres, des dialogues. Il est nécessaire d'établir une période intensive de discussions ciblées sur des sujets essentiels pour nous tous (politique de l'école et ses dérivés...), et par-dessus tout, nous avons besoin de comprendre les problèmes. Des points tels que la structure de la Fondation, l'évolution et l'évaluation de notre programme académique, le processus de budget, la structure des frais de scolarité, les problèmes de vie quotidienne sur le campus, les principaux projets de campus, les pratiques de management, les nouveautés et le bilinguisme peuvent et doivent être abordés avec franchise et calme dans le but de former un large consensus. L'entente générale nous procurera la base des innovations d'une part et la préservation de la qualité d'autre part. Elle amènera également au centre du débat ceux qui ne se sentent pas écoutés ou ont l'impression d'être écartés. Nous devons créer un environnement dans lequel personne ne considère ses inquiétudes, ses peurs ou préoccupations insignifiantes ou illégitimes.

    Ainsi, je propose de commencer une série de rencontres auxquelles toute la communauté est invitée. Chaque séminaire traitera d'un seul sujet. Les discussions seront résumées et répertoriées dans notre site internet afin que chacun puisse y réfléchir et y répondre. Les meetings vont continuer aussi longtemps que nécessaire afin de traiter les problèmes à fond. Notre objectif est d'arriver à consensus général qui sera ensuite publié sous la forme de standard de la communauté. Ainsi, à travers les discussions et les débats, nous saurons où nous nous situons en tant que communauté par rapport à un certain nombre de questions qui ne sont apparemment pas claires en ce moment. Nous nous écartons donc d'un modèle de diffusion centralisée d'informations vers celui d'une politique par le dialogue .

    J'ai l'intention de commencer la première série en mars, après l'Assemblée générale consultative extraordinaire.

    Finalement, je suis heureux d'annoncer que la Fondation et l'Association du Personnel se sont accordés sur tous les points importants relatifs aux négociations de la Convention Collective de Travail. Lorsque les annexes auront été revues et la traduction terminée, nous serons prêts pour la signature officielle. Le nouvel agrément est un document nettement amélioré, il est le résultat de plusieurs mois de travail acharné par les parties concernées. J'aimerais remercier l'Association du Personnel pour son civisme, sa franchise, sa patience et son esprit de compromis durant ce long processus de négociation.

    Je vous souhaite des vacances agréables et reposantes.

    Dr. Donald Billingsley

    Return to top of page.

    Quality Seminars

    2002/02/06 English Version

    Dear Parents:

    I wish to apologize for the multiple egregious errors of grammar and syntax you will have noticed in the January 30 issue of the DG's Newsletter. An unfortunate convergence of circumstances resulted in the publication of a draft that had not been proof read.

    v As we approach the February holiday and a respite from the stress of work and school, it is perhaps a timely moment to once again take up the theme of communication. In an earlier letter to parents I spoke of multiple attempts on the part of many within the Foundation to improve communication this year, either through the improvement of existing vehicles or the creation of new ones. Campus Bulletins, student newspapers, DG's Newsletters, an improved web site, electronic mail, open meetings, parent coffees, letters from the Board of Governors comprise the core of our efforts thus far. Those who have worked hard on these initiatives-students, parents, and staff-deserve recognition, for their exertions have born important fruit. No one can doubt that, on the whole, the community is better informed on a greater number of issues than it was just a year ago.

    This said, it is equally apparent that we still have a long way to go. Recent events attest to the need for an even greater commitment to effective communication. There are still far too many members of the community who find themselves in the dark or misinformed about matters of crucial significance, or indeed, about basic facts and policies relating to the school. Perhaps the moment has come to advance to the next phase of communication, not an increase in the amount of paper sent through the mails and often left unread, but face-to-face interactions, dialogue. What is called for is an intensive period of focused discussion on topics that are of vital importance to all of us. We need to hear from one another on the large issues that underlie school policy, and above all, we need to understand these issues. Topics such as the structure of the Foundation, the evolution and assessment of our academic programs, the budget process, the fee structure, campus life issues, major campus projects, management practices, innovation, and bi-lingualism need to be discussed candidly and calmly in order to form a broad consensus. Consensus will provide the basis for innovation on the one hand and preservation of quality on the other. It will also bring into the center of discourse those who may feel unheard or pressed to the margins. We must create an environment where no one is made to feel that his/her worries, fears, or concerns are illegitimate or insignificant.

    In consideration of the above, I propose to inaugurate a series of seminars to which the entire community is invited. Each seminar will address a single subject. Discussions will be summarized and posted on our web site for all to ponder and respond to. Meetings will continue for as many weeks as necessary to thoroughly treat the subject at hand. Our objective will be to arrive at a consensus that will then be published in the form of a community standard. In this way, through discussion and debate, we hope to come to know where we stand as a community on a wide range of questions that are apparently unclear at the moment. We thus move away from a model of centralized dissemination of information to one of policy through dialogue.

    It is my intention to launch the first series in March, following the February ECGA.

    Finally, I am pleased to announce that the Foundation and the Staff Association have reached agreement on all substantive issues related to negotiation of the bargaining agreement (Convention Collective du Travail). When the annexes have been revised and the translation completed we will be ready for the formal signing. The new agreement is a vast improvement over the CCT currently in force. It is the result of many months of hard work by all concerned parties. I wish to thank the Staff Association for their civility, candor, patience and spirit of compromise throughout the long negotiation process.

    Wishing you an excellent and recuperative holiday, I remain,

    Sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    General-Director

    Return to top of page.

    French Language Programme

    2002/01/30 version française

    Chers Parents,

    Nous venons de terminer une nouvelle semaine pleine d'événements, durant laquelle de nombreuses préoccupations autres que l'éducation de nos enfants, nous ont inquiétés. A des moments comme ceux-ci il est facile de perdre de vue les vérités essentielles. Comme nous cherchons des solutions aux problèmes éphémères, il est important que nous gardions à l'esprit les fondements de notre histoire. Ecolint est vraiment une institution exceptionnelle, fondée sur des principes hors du commun. Elle a été la première école à se déclarer internationale. Elle fait partie d'une poignée d'écoles à avoir une éducation bilingue fixée dans sa charte. Elle est complètement engagée au multiculturalisme dans un contexte d'excellence en matière d'éducation. Année après année, nos diplômés s'inscrivent dans les meilleures universités du monde. Année après année, nous accueillons des enfants d'écoles suisses locales et envoyons un certain nombre de nos propres élèves vers des institutions locales en retour. Notre école s'est continuellement développée et parfois à pas de géant tout au long des 76 dernières années. Une telle croissance est sans précédent dans l'histoire des écoles internationales et peut être attribuée à deux facteurs principaux : la qualité de notre enseignement et l'excellence de nos programmes. En premier, nos professeurs sont nos atouts les plus importants. A travers leurs efforts, des générations d'élèves ont été placés sur le sentier de la réalisation et de la participation dans le monde. Les programmes dont nous pouvons être fiers comprennent le baccalauréat international créé à l'Ecolint, la maturité, de nombreux programmes bilingues, le département d'art extraordinaire, et de nombreux autres.

    Il faut également mentionner que nous restons engagés à poursuivre les programmes en français à tous les niveaux : le Conseil de Fondation, le Directeur Général, les chefs d'établissements, les directeurs, les professeurs, les élèves et les parents. C'est un trait de notre mission, c'est mentionné dans notre charte, c'est gravé dans nos traditions, et c'est la clé de notre identité. On ne pourrait pas enlever plus facilement les cours de français qu'on ne pourrait éliminer l'anglais. Ceux qui pensent que les matières francophones de nos campus sont par endroit menacés doivent être assurés que tous les efforts sont faits pour maintenir et améliorer les programmes existants. Certains d'entre nous aimeraient même voir des compléments au programme français en introduisant d'avantage d'options et un matériel d'enseignement plus varié. Ici aussi, le but est de partir d'une bonne base et de l'améliorer.

    Si les dernières semaines nous ont enseigné quelque chose, c'est avant tout que nous devons intensifier nos efforts vers une communication plus large et plus fréquente traitant des problèmes auxquels notre institution doit faire face. Cela a déjà commencé avec deux grandes réunions pour la communauté toute entière. Cela va se poursuivre avec une troisième, planifiée pour février. En plus, je me suis lancé dans une série de réunions avec le corps enseignant, qui va sans doute continuer durant le reste de l'année scolaire. J'espère que de celles-ci va ressortir un consensus sur les priorités de la Fondation ainsi qu'un degré de connaissances utiles à savoir comment apporter des innovations tout en restant fidèles aux pratiques et programmes qui ont fait le succès de notre institution. J'invite les parents, les professeurs, et les amis à participer à ces conversations opportunes et à me faire part de leurs impressions quant à leur efficacité.

    J'espère que les prochaines semaines nous aideront à rester une communauté solide, engagée à apporter une éducation de qualité à nos enfants, à progresser et à préserver notre institution unique.

    Dr Donald Billingsley

    Directeur Général

    Return to top of page.

    French Language Programme

    2002/01/30 English Version

    Dear Parents:

    We have just completed another eventful week during which numerous preoccupations other than the education of our children have preoccupied us. At moments like these it is easy to lose sight of essential truths. As we seek solutions to transitory problems it is important that we bear in mind the basic facts of our history. Ecolint is truly exceptional institution, founded on truly exceptional principles. It was the first school to declare itself international. It is one of a handful of schools that have dual language education prescribed in its charter. It is fully committed to multi-culturalism within a context of educational excellence. Year after year our graduates go on to the world's finest universities. Year after year we receive students from local Swiss schools and send a number of our own students to local institutions in return. Our school has grown steadily and sometimes in leaps and bounds over the course of the past 76 years. Such growth is unprecedented among international schools and can be attributed to two principal factors: the quality of our teaching and the quality of our programs. The former, our teachers, are our most valuable asset. Through their efforts generations of students have been placed on the path of accomplishment and participation in the world. Programs of which we can be proud include the IB Program, created at Ecolint, the Maturité, multiple bi-lingual programs, extraordinary art departments, and much else.

    It also needs to be said that we remain committed to French language programs at every level, the Board of Governors, the Director General, principals, directors, teachers, students and parents. It is a feature of our mission, it is pronounced in our charter, it is embedded in our traditions, and it is key to our identity. One could no more easily remove the French programs than one could eliminate English. Those who feel that the Francophone segments of our campuses are in some way threatened should rest assured that every effort is being made to sustain and improve existing programs. Indeed, some of us would like to see substantial additions to the French program in the form of more options and richer teaching materials. Here too the goal is to take a good thing and make it better.

    If recent weeks have taught us anything it is that we need to intensify our efforts at broader and more frequent communication on the many issues that confront our institution. This has already begun with two open meetings for the entire community. It will continue with a third, that is planned for February. In addition I have engaged in a round of meetings with the faculty that will doubtless continue for the remainder of the school year. I hope that out of these meetings will emerge a consensus around Foundation priorities as well as a degree of useful knowledge as to how to promote innovation while holding on to those practices and programs that have made us such a successful institution. I invite parents, teachers, and friends to participate in these very timely conversations and to give me feedback as to their effectiveness.

    I hope the coming weeks will show us to be a resilient community, devoted to providing a quality education for our children, to progress and to the preservation of our unique institution.

    Dr Donald Billingsley

    General-Director

    Return to top of page.

    Staff Malaise/Press Reports

    2002/01/25 version française

    Chers parents et amis,

    J'espère que cette édition du bulletin d'information du Directeur Général vous trouvera en excellente forme après les vacances d'hiver et dans une dynamique enthousiaste pour la nouvelle année. Toute la communauté a répondu chaleureusement à l'idée d'un bulletin d'information, cependant, bien que plusieurs parents aient mentionné leur empressement à adopter un système de communication électronique, très peu d'adresses e-mail nous sont parvenues jusqu'à maintenant. Ainsi, pour ce bulletin, nous allons utiliser à la fois le courrier électronique et la poste, mais soyez informés que les futurs bulletins seront distribués par e-mail seulement, je vous demanderais donc à nouveau d'envoyer un bref message à [email protected] afin que nous puissions communiquer avec vous en utilisant le moyen le plus rentable tant par son efficacité que par son coût. Les personnes qui n'ont pas d'adresse e-mail sont priées d'en informer mon bureau afin que nous organisions un arrangement spécial pour elles.

    REUNION COMMUNAUTAIRE DE NOVEMBRE

    A la réunion spéciale de novembre les sujets qui ont attiré la plus grande attention étaient la sécurité et l'atmosphère du campus (l'état d'esprit du personnel). Vous vous souvenez certainement qu'une proposition avait été soulevée pour demander une contribution supplémentaire aux familles afin de subvenir aux coûts de personnel auxiliaire de sécurité suite aux événements du 11 septembre. Le sujet a été traité avec émotion. Certains parents étaient en faveur d'un renforcement de sécurité, d'autres non. L'administration a promis de consulter des experts dans le domaine de la sécurité avant de considérer une possible contribution. Nous avons procédé à ces consultations durant le mois de décembre. Les experts, qui étaient à la fois suisses et étrangers, dans le domaine public et privé, s'accordèrent à penser qu'engager des gardes supplémentaires serait une dépense inefficace de nos ressources : par rapport à nos dépenses, nous n'aurions en retour que très peu de sécurité. Ils nous ont fait part de plusieurs idées à savoir comment nous pourrions accroître la sécurité de manière plus conséquente, par exemple en améliorant l'éclairage, mais ces suggestions sont pour le moyen et long terme considérées comme des dépenses capitales. Sur ces conclusions, nous avons décidé d'annuler les services de gardes supplémentaires et retiré, auprès du Conseil d'Administration, notre proposition en faveur d'une contribution.

    MALAISE DU PERSONNEL

    En plus d'une brève discussion concernant les finances, une grande partie de la réunion a traité les problèmes liés à l'état d'esprit et l'humeur du personnel. Certains membres du personnel ont insisté sur un mécontentement général ou malaise parmi leurs collègues. La nature précise et l'origine de ce malaise n'ont pas été révélées durant ce meeting, mais il a été proposé que la direction et le personnel travaillent sur le sujet durant les prochains mois. Dans ce but, j'ai arrangé une série de dix réunions avec le personnel, deux représentants par section, durant les mois de janvier et février, afin d'affronter les conclusions directement. S'il y a des griefs légitimes, nous ne devrions pas être effrayés d'en parler entre professionnels d'expérience et de trouver ensemble des solutions. Ainsi lors de certaines réunions, des informations utiles et des propositions concrètes, qui devaient apporter une amélioration immédiate, ont été échangées. D'autres, à force d'être mêlées aux négociations sur la CCT - nous sommes en pleine négociation de nouveaux accords - ont produit un désordre confus. Cependant, j'espère que ces discussions avec le personnel apporteront des résultats contribuant à améliorer leur moral. Dans une lettre récente à leur attention, j'ai rappelé mon engagement pour la protection de leurs droits comme défini dans la loi suisse et notre agrément collectif de travail et j'en appelle à eux, leur demandant de continuer à agir de manière professionnelle et éthique, afin de promouvoir le meilleur environnement d'étude possible pour les enfants confiés à nos soins.

    vEn attendant la prochaine réunion publique du 26 février, je vous tiendrai au courant des résultats de mes efforts visant à établir le dialogue avec les enseignants.

    PERSONNEL ADMINISTRATIF

    J'aimerais saisir cette opportunité pour vous informer que mon secrétariat a été réorganisé début janvier. La fonction d'Assistante du Directeur Général est maintenant divisée en deux postes à mi-temps et toute demande pour un rendez-vous sera traitée par Jenny Buffle ou Patricia Malanda.

    Sincèrement,

    Dr Donald Billingsley

    Directeur Général

    ADDENDUM CONCERNANT : ARTICLE DANS LA TRIBUNE DE GENEVE

    Beaucoup d'entre vous ont certainement lu l'article dans la Tribune de Genève de jeudi concernant l'Ecolint. Celui-ci était regrettable, tant en ce qui concerne le moment de sa parution que par son contenu. Je me réfère moins aux multiples citations erronées et aux insinuations calculées, qu'à l'impact négatif de l'article sur une situation déjà difficile. Nous ne pouvons que douter des bonnes intentions de l'auteur.

    Je m'efforce de respecter scrupuleusement les droits, notamment à la confidentialité, des parties concernées et je continuerai à le faire. Cependant, il est apparu lors de mes conversations avec certains parents concernés, que les membres de l'Ecolint méritent d'avoir une explication plus claire des événements qui se déroulent au sein de la Fondation et qui ont été déversés au public.

    J'aimerais donc expliquer brièvement certaines règles et pratiques qui gouvernent l'environnement de travail à l'Ecolint. Les relations entre les membres du personnel et les cadres sont régies par une convention collective de travail qui établit les conditions de travail, la rémunération, les avantages sociaux, et certains autres droits et devoirs. Cette convention établit également des procédures claires qui doivent être suivies en cas de mécontentement . La CCT est importante, notamment en raison du fait qu'elle protège l'employé de comportements arbitraires ou capricieux de la direction.

    Au cas où un employé est considéré n'avoir pas rempli ses devoirs professionnels ou d'avoir agi de manière inacceptable, de l'avis de son ou ses supérieurs, ceux-ci ont le droit de requérir du Directeur Général une lettre d'avertissement. Cet avertissement détaille les manquements qui sont reprochés à l'employé et lui demande d'y remédier. Il indique également que, si l'attitude qui lui est reprochée devait persister, un nouvel avertissement est possible et, en dernier recours, un licenciement.

    Un employé qui n'est pas d'accord, pour quelque raison que ce soit, avec la forme ou le contenu de l'avertissement, peut mettre en œuvre une procédure très claire qui lui permet d'être entendu et de contester l'application faite et/ou une interprétation de la CCT. D'après l'article 54 de la CCT, un professeur doit d'abord faire valoir son grief devant l'Association du Personnel, dont le rôle est d'essayer de clarifier la question (y compris en consultant si nécessaire le Directeur Général) et de procéder à une tentative de conciliation. Si la conciliation échoue, le professeur peut adresser une demande de reconsidératon au Directeur Général, et, en dernier recours, si la décision du DG n'est pas favorable, en appeler à la commission d'arbitrage.

    L'affaire qui est devenue si notoire est étonnante si l'on songe au fait que la procédure toute entière a été ignorée par le professeur et l'Association du Personnel, dont la charge est de superviser le respect de la CCT. Aucune organisation ne peut résister au chaos produit lorsque les procédures les plus simples - celles conçues pour protéger les droits des employés - sont ignorées pour des raisons de convenances personnelles.

    Cette attitude entraîne des conséquences graves. Au lieu de mettre à profit les droits de conciliation, d'appel et arbitrage, le professeur a causé de profonds troubles au sein de la Fondation, dont des menaces de grève, l'inquiétude des parents et l'implication des médias. Au final, cela ne peut qu'avoir un impact vraiment négatif sur le bien-être des élèves.

    Je recommande donc au professeur de retourner dans sa classe et de reprendre ses tâches aux mêmes conditions et avec les mêmes droits et responsabilités que ses collègues. S'il estime que ses droits n'ont pas été respectés d'une manière ou une autre, j'espère qu'il suivra la procédure requise par la CCT, qui est équitable et offre un large droit d'être entendu.

    Return to top of page.

    Staff Malaise/Press Reports

    2002/01/25 English Version

    Dear Parents and Friends,

    I hope the current edition of the DG's Newsletter finds you safely returned from winter holidays and in the enthusiastic embrace of the New Year. The community has responded warmly to the idea of a newsletter, however, although many parents have urged that we adopt a system of electronic communication, very few email addresses have been received so far. Therefore for the current mailing we will use both electronic and regular mail, but please be advised that future DG's newsletters will be distributed electronically by email only, thus I urge you once again to send a brief message to [email protected] so that we may communicate with you using the most effective and least expensive medium. Those persons who do not have access to an email address should inform my office so that we may make special arrangements for them

    NOVEMBER OPEN MEETING

    At the November open meeting the topics that elicited the greatest attention were security and what I will call the campus atmospherics, that is the state of mind of our staff. You will recall that a proposal was put forward to levy a surcharge per family in order to offset the cost of additional security personnel in the aftermath of 11 September. The matter was heatedly discussed. Some parents were in favor of additional security, others were not. The administration promised to consult experts in the field of security before further consideration of a possible surcharge. Consultation was carried out during the month of December. The experts, who were both Swiss and non-Swiss, public and private, agreed that additional guards were an unwise and ineffective use of our resources - that we were in effect buying very little additional security for our expenditures. They made various suggestions as to how we might substantially improve security, such as improved lighting, but these suggestions are for medium and long-term consideration as capital expenditures. Based on these findings we decided to discontinue the extra guard services and withdraw our proposal to the Board for a surcharge. Thus parents will not be asked to pay a security surcharge.

    STAFF MALAISE

    In addition to a brief discussion of finances, a fair amount of time was spent discussing the mood or state of mind of staff. Some staff members asserted a generalized discontent or "malaise" among colleagues. The precise nature and origin of the malaise was not revealed during the meeting, but it was proposed that management and staff work on the issue during the ensuing months. With this in mind I have arranged a series of ten meetings with staff, two each per section, during the months of January and February in order to address the issues squarely. If there are legitimate grievances we should not fear to discuss them as experienced professionals and find solutions. Thus far several meetings have taken place during which useful information has been exchanged, and in some instances concrete proposals put forward that should lead to immediate improvement. In other instances the complications of collective bargaining (we are currently negotiating a new collective agreement) and individual personnel issues have converged to produce a snarled and tangled jumble of conflicting representations. Nevertheless, I remain hopeful that open discussions with staff will lead ultimately to clarity on issues contributing to staff morale. In a recent letter to staff I reiterated my commitment to the full protection of their rights as defined in Swiss law and our own collective agreement, and I called upon them to continue to act in a professional and ethical manner so as to promote the best possible learning environment for the children entrusted to our care.

    I look forward to the next public meeting on 26 February. In the meantime I shall keep you informed of the outcome of my efforts to establish dialogue with the faculty.

    STAFFING

    I would like to take this opportunity of informing you that my secretarial assistance has been reorganized since the beginning of January. The post of Assistant to the DG is now split between two half-time posts and any requests for appointments will be ably handled by either Jenny Buffle or Patricia Malanda.

    Yours sincerely,

    Dr. Donald Billingsley

    Director General

    ADDENDUM RE: TRIBUNE DE GENEVE

    Most of you will by now have read Thursday's (24-01-02) article concerning Ecolint in the Tribune de Genève. This article was most unfortunate, both in its timing and its content. I refer not so much to the compilation of misquotes and calculated insinuations, as to the article's negative impact on an already difficult situation. One can only speculate as to the author's motives.

    I have endeavoured to remain scrupulously respectful of rights and privacy of all concerned parties, and I shall continue to do so, but it is apparent from conversations with concerned parents that members of the Ecolint community deserve a clearer understanding of events that are taking place in the Foundation and that are now spilling out into public view.

    I should therefore like to briefly explain certain relevant policies and practices that govern the Ecolint work place. Relationships between staff members and supervisors are governed by a collective bargaining agreement, Convention Collective de Travail, that establishes conditions of work, remuneration, benefits, and certain other rights and obligations. It also establishes clear procedures that must be followed should an employee become aggrieved. The CCT is important, among others because it protects the employee from any arbitrary or capricious behaviour on the part of management.

    In cases where an employee is judged not to have met his professional responsibilities or to have acted in a manner that is unacceptable to his or her supervisor the supervisor is entitled to recommend that a letter of warning be issued by the Director General. The warning details the employee's alleged misconduct and instructs the employee to correct the behaviour or professional deficiency. It also states that if the behaviour persists there may be a further warning and ultimately possible dismissal.

    An employee who disagrees for any reason with the form or content of a warning has recourse to a very clear procedure that allows a teacher to be heard and to challenge any application and/or interpretation of the CCT. According to article 54 of the CCT, a teacher must first take up the grievance with the Staff Association, whose role is to try and clarify the matter (including by consulting the DG if necessary) and to attempt conciliation. If the conciliation attempt fails, the teacher can apply to the DG for a reconsideration of the matter and ultimately, if the DG's decision is unfavourable, appeal to the arbitration commission.

    The case that has claimed so much notoriety is astonishing because the entire procedure was ignored by the teacher and by the Staff Association, a group charged with overseeing adherence to the CCT. No organisation can withstand the kind of chaos that results when the simplest procedures, those created to protect employees' rights, are tossed aside whenever they are not convenient.

    This attitude brings with it serious consequences. Rather than taking advantage of opportunities for conciliation, appeal and arbitration, the teacher has caused a condition of considerable unrest throughout the Foundation, including threats of strikes, worried parents and the involvement of the media. Ultimately this can only have a very negative impact on the well being of the students.

    I therefore urge the teacher to return to his classroom and resume his duties under the same conditions and with the same rights and responsibilities as his colleagues. If he feels that his rights have been infringed in any way, I hope that he will take up the issue within the accepted legal framework provided by the CCT, which affords a very fair procedure and due process.

    Dr. Donald Billingsley

    General - Director

    Return to top of page.

    Referendum Homepage

    2002-05-29 by: [email protected]